9 DECEMBRE 2017 : GRANDE MOBILISATION A PARIS

9 DECEMBRE 2017 : GRANDE MOBILISATION A PARIS

ABOLITION DES MESURES D’EXCEPTIONS : PREMIER PAS DANS LA RESOLUTION GLOBALE ET DEFINITIVE DU DOSSIER DES PRISONNIERS

9 DECEMBRE 2017 : GRANDE MOBILISATION A PARIS.

Dès le lendemain du 8 avril, les « artisans de la paix » ont fait le bilan de la journée historique du désarmement. Tout s’est très bien passé : les aspects matériels et techniques se sont déroulés, tels que prévus, sans le moindre problème. Les paroles fortes et les messages exprimés l’après-midi, se sont déployés sur l’ensemble du Pays Basque et au-delà.

1- Les artisans de la paix poursuivent leur engagement.

Après le succès du 8 avril, et dans la fidélité aux engagements pris ce jour-là, nous poursuivrons le travail engagé. Au même titre que l’implication et la mobilisation citoyennes ont été indispensables pour réussir le désarmement, l’implication et la mobilisation citoyennes seront tout aussi indispensables pour réaliser les nouvelles avancées vers la paix. Les prisonniers, les victimes, le vivre ensemble : voilà les terrains d’action bien identifiés.

2- Le désarmement au service du processus de paix.

Dès le début il était clair que si le désarmement de l’ETA devait aider l’instauration de la paix, il ne constitue pas à lui seul la paix globale. Pas à pas, il faudra aborder toutes les conséquences du conflit. Le désarmement est un pas décisif sur le chemin d’une paix juste et durable. La libération des prisonniers ainsi que la reconnaissance et la réparation due à toutes les victimes doivent constituer le socle du vivre ensemble souhaité par tous.

3- Les artisans de la paix ont d’ores et déjà pris deux décisions :

D’une part, la mise en place d’un groupe de travail sur la question des victimes, pour mieux connaitre cette problématique si complexe, les acteurs qui s’y déploient, et les expériences en cours. Nous prendrons des initiatives dans la transversalité et le respect absolu de tous. D’autre part, l’organisation d’un grand rassemblement à Paris le 9 décembre2017 sur le thème des prisonniers. Le 9 décembre 2016, l’action de Luhuso interpelait l’état français sur sa nécessaire implication dans le désarmement. L’impact, le soutien et la légitimité de cette action rendaient le processus irréversible… Ainsi, nous sommes arrivés au 8 avril.

A Paris, un an après Luhuso, l’objectif sera d’exiger que les mesures d’exception appliquées aux prisonniers soient abolies, comme cela a été exprimé majoritairement à plusieurs reprises par les acteurs sociaux et politiques de ce territoire. Exiger le rapprochement des prisonniers, la libération de ceux qui sont malades ou en fin de peine…

Ces mesures urgentes s’inscrivent dans le règlement global, définitif du dossier des prisonniers. D’ici le 9 décembre les initiatives se multiplieront pour réussir la plus grande mobilisation jamais organisée dans l’hexagone sur un dossier lié au Pays Basque.        

 

Les artisans de la paix